Montflours / Février 2016

Visiter le musée de Jean-Luc Gaignard à Monflours (53), c’est partir pour un long roulage dans le passé au siècle dernier. « Grand bi », Triporteur, Norton, BSA, Terrot, Money Goyon… On ne sait plus où regarder. Certaines de ses motos ont été acquises de haute lutte, après 25 ans d’attente ; d’autres achetées en pièces détachées et que Jean-Luc a complètement remontées lui-même.

Sa passion a commencée dès l’âge de 14 ans. En découvrant une vieille moto dans un hangar d’une exploitation agricole, Jean-Luc attrape le virus de la mécanique en côtoyant des mécanos qui lui apprennent le métier.

Il possède également toute une collection d’américaines : les Harley-Davidson de rêve se partagent l’espace avec des Indians de toute beauté. Sa collection est un incroyable trésor hétéroclite, en apparence, se composant principalement de motos et vélos, mais il y a aussi des voitures comme des taxis de la Marne, des camions… sans oublier la « mandoline » !

Jean-Luc est également un passionné de courses mais aussi de la Grande Guerre. Un vrai poilu ! Certains de ses véhicules ont d’ailleurs servi pour des tournages de films ou des reconstitutions historiques.

En plus d’être historien, Jean-Luc est un conteur d’anecdotes truculentes. Dans « La bicyclette bleue », avec Laetitia Casta (Léa Delmas) et Georges Corraface (François Tavernier), il devait aider l’actrice à prendre son élan pour monter un chemin sur sa bicyclette en la poussant… sur les fesses ! On murmure qu’il ne se serait pas lavé les mains depuis cet instant ; mais c’est la légende…

Pour notre pause repas, Jean-Luc nous nous a dressé une table et montré cette fois ses talents de cuisinier au milieu de ses innombrables trésors. Je ne sais pas pour vous, mais nous, on a adoré ce plongeon dans le passé !

Images : Yvon

Nota : retrouvez d’autres anecdotes et belles photos sur le blog de Thomas Caplain.